Allocution de Emmanuel Macron


Guerre en Ukraine, le risque nucléaire

 

Françaises, Français, chères concitoyennes et chers concitoyens.

Vous n’êtes malheureusement pas sans savoir que le Covid-19 a laissé récemment sa place à un autre péril, celui de la guerre en Europe initiée par le Président russe Vladimir Poutine.

En lire plus


Je ne rappellerais pas ici l’extrême rigueur des sanctions que nous avons déjà ordonnées à l’encontre de la Russie. Sa disqualification de l’Eurovision, l’interdiction de participation de ses équipes sportives aux championnats européens, ou encore la suppression de la statue de cire de Vladimir Poutine du musée Grévin sont, je pense, des démonstrations suffisantes de la fermeté avec laquelle nous répondons à l’offensive russe en Ukraine.

Non. Je tenais ici à aborder un aspect particulier de la menace qui pèse sur l’Europe depuis « l’opération militaire » de Vladimir Poutine. Un point qui, je le sais, vous préoccupe, comme il me préoccupe ainsi que l’ensemble du gouvernement. Je veux parler du risque nucléaire.

Ce risque nucléaire, il ne faut pas se le cacher, il est bien réel, et il convient de ne pas le considérer avec légèreté et désinvolture.

Peut-être, je dis bien peut-être, ne viendra-t-il pas d’une attaque par missiles à tête nucléaire directement lancée contre la France. Car, Vladimir Poutine le sait, la France saurait la contrer et y répondre sans faiblesse, par le lancement de missiles plus gros que les siens, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’un des deux pays ne dispose plus de missiles ou n’ait plus les moyens techniques ou financiers d’en fabriquer de plus gros.

Non. Ce risque d’attaque nucléaire n’est pas négligeable, mais il en est un autre qui ne l’est pas plus, comme le laisse augurer l’incident à la centrale nucléaire de Zaporijia, la plus grande d’Europe, qui a subi les tirs d’artillerie de l’armée russe dans la nuit du jeudi au vendredi 4 mars dernier.

Vous l’aurez compris, puisque je viens de vous donner un indice dans ma précédente phrase, le risque nucléaire peut provenir également de l’explosion d’une centrale ou de la fuite d’un réacteur nucléaire provoquées par les frappes russes sur le territoire ukrainien.

Cela évoque inévitablement aux Françaises et aux Français, je le sais, l’explosion de la centrale ukrainienne de Tchernobyl le 26 avril 1986, centrale par ailleurs tombée sous le contrôle de l’armée russe depuis ce 24 février 2022. Une catastrophe dramatique, suite à laquelle un nuage radioactif s’était répandu dans toute l’Europe mais qui, par chance, avait épargné la France en contournant ses frontières grâce à un surprenant autant que bienvenu hasard météorologique.

C’est donc pour parer à ce risque que j’ai réuni ce vendredi le Ministre de la défense, le Ministre de l’intérieur, le Ministre de l’Extérieur, le Conseil de défense ainsi que nombre d’experts, et qu’après de longues minutes de discussion et de travail intensif, nous avons décidé de la mise en place de mesures préventives.

D’abord, en vue de prévenir la tentation d’une partie de la population, en proie à la panique qui n’est jamais bonne conseillère, d’anticiper la prise de pastilles d’iode utilisées contre les cancers de la thyroïde en cas de radioactivité, nous avons décider d’ordonner la réquisition des stocks, afin que seules les autorités compétentes soient habilitées à les distribuer, aux populations exposées, en temps voulu, selon les dosages recommandés par les autorités de santé et de façon conditionnée à la présentation d’un pass vaccinal à jour.

Ensuite et surtout, il a été décidé du déploiement anticipé du dispositif « Éole », sur lequel travaille depuis 1987 le fleuron de l’ingénierie française, et qui consiste en l’installation de ventilateurs géants sur toutes les frontières de l’Est de la France, de Lille à Perpignan, afin de repousser avec efficacité la survenue éventuelle d’un nuage radioactif en provenance de l’Ukraine.

Françaises, Français.
Nous sommes à nouveau en guerre. Mais c’est avec l’honneur et la fierté de la responsabilité que votre confiance m’a conférée, que j’affronterai sans faillir cette nouvelle épreuve, à vos côtés, jour et nuit, ne ménageant ni mes efforts ni mon temps.


Macron Ukraine Russie nucléaire

 

Afficher la version audio et/ou la version en Braille

Rubrique Élucubrations : http://syl20-dong.net/category/elucubrations/


🍺 Si ça vous a fait rigoler, vous pouvez toujours m’offrir une bière en cliquant sur le bouton suivant, je la boirai à votre santé et il y aura un peu de vous dans mon prochain drôle de truc :

Bière PayPal

En lire moins

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.