La cène, tableau de Léonard de Vinci représentant les apôtres et Jésus attablés lors de son dernier repas. Jésus dit "Purée mais vous m'avez foutu des miettes partout !" "Des fois j'ai envie de vous distribuer des pains..."

On n’a pas beaucoup de photos d’époque de bonne qualité concernant la Cène, cet événement festif lors duquel Jésus, oui, LE Jésus, à invité les apôtres à partager un gueuleton. Mais heureusement, il existe des reproductions plus ou moins fidèles en peinture, notamment celle du célèbre Léonard de Vinci. Ah, sacré Léonard ! Il avait tous les talents. Non seulement il est l’inventeur de machine avant-gardistes comme l’hélicoptère, le sous-marin, le fer à lisser ou encore la perche à selfies, mais en plus il a produit certaines oeuvres parmi les plus célèbres de la peinture figurative.

 


Cliquez pour voir la version en Braille : http://syl20-dong.net/2020/07/11/leonard-de-vinci-la-cene-braille/

Huile sur toile réalisée par Jacques-Louis David en hommage au médecin, physicien, journaliste, homme politique et révolutionnaire Jean-Paul Marat mort le 13 juillet 1793.

Marat souffrait d’une maladie dermatologique déclarée en 1782. Sur la fin de sa vie, il prenait couramment des bains de souffre pour soulager ses démangeaisons et autres ulcères, et s’entourait la tête d’un torchon imbibé de vinaigre pour apaiser ses migraines. C’est ainsi qu’il a été retrouvé mort et c’est ainsi que David, qui lui avait rendu visite pas plus tard que la veille, l’a représenté.

Mais comment est mort Marat ?

Est-ce bien Charlotte Corday (aucun lien avec Annie Corday) qui l’a assassiné, elle qui le considérait comme un tyran et qui a été arrêtée sur le lieu du crime après son entrevue avec le tribun ?

Est-ce plutôt son jardinier ?

Est-ce parce que l’eau de son bain était bouillante et que Marat bout ?

Est-ce parce qu’il avait déconné, un jour de promenade au bord du lac, et qu’au lac déconnait Marat ?

C’est la première hypothèse qui paraît la plus probable. Les deux autres n’étant que prétextes pour faire des jeux de mots de merde.

 


Cliquez pour voir la version en Braille : http://syl20-dong.net/la-mort-de-marat-david-braille/

Adam et Ève, gravure sur cuivre d’Albrecht Dürer (ce n’est pas une marque de préservatifs) en 1504, à 18h53.

Passionné d’anatomie et de proportions du corps humain (il rédigera d’ailleurs « Les quatre livres sur la proportion humaine », publiés 2 mois après sa mort), Dürer n’omettra pas ici (j’ignore toujours pourquoi il est de bon ton d’employer le futur alors qu’on parle du passé) de pourvoir Adam et Ève d’un nombril, et de pourvoir cette dernière des hanches d’une mère de famille nombreuse.

Il paraît que le chat, le lapin, le cerf et le bœuf qu’on voit sur l’œuvre représentent les « quatre animaux symbolisant les quatre tempéraments – ou humeurs – à l’image des quatre fleuves irriguant le paradis terrestre »…

Mais c’est pas sûr sûr à 100%. Parce qu’il a aussi représenté une souris, un bouquetin et un perroquet… Alors si ça se trouve il a simplement voulu représenter des animaux de la forêt au pif, sans trop savoir qu’on ne trouvait dans aucune forêt du monde d’ici ou d’ailleurs de bouquetins ou de cerfs côtoyant des perroquets… Après tout, il était passionné de proportions humaines, pas forcément de zoologie et de géographie.

Disons que c’est une théorie, faites-en ce que vous voudrez…

 


Cliquez pour voir la version en Braille : http://syl20-dong.net/2020/07/21/adam-et-eve-durer-braille/

Je n’ai jamais rencontré Jean-François de Troy, peintre et dessinateur de son état. Pourtant nous avons quelques points communs : il était dessinateur, en plus d’être peintre, et il est né un 27 janvier et moi un 26… Par contre il est né le 27 janvier 1679, alors que je suis né en 1973, ce qui explique sans doute pourquoi je ne l’ai jamais rencontré…
Vous l’aurez compris : je n’ai pas grand chose à dire sur Jean-François de Troy, hormis ce qu’en dit Wikipedia, à savoir que c’était un peintre historique et un peintre de genre (il peignait des scènes de la vie quotidienne de ses contemporains). Voilà, c’est tout…
N’allez pas croire que je suis un grand connaisseur d’art sous prétexte que je parodie des toiles de maîtres… C’est souvent la toile elle-même, trouvée sur le ouèbe en fouinant, qui m’inspire.
Et pour l’amateur de heavy metal que je suis, avouez que celle-ci ne pouvait pas manquer de m’inspirer. Il s’agit d’un portrait de Charles Mouton, compositeur, professeur et interprète de luth. Une sorte de Yngwie Malmsteen de son époque, si vous voulez, pour celles et ceux qui connaissent… En plus il a la même coupe.

 


Cliquez pour voir la version en Braille : http://syl20-dong.net/2020/07/17/charles-mouton-troy-braille/